• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 1 mars 2008

Ytre Lygra, Chez Erik et Annette

1032008

Salut,

Voilà une première semaine d’écoulée. Le temps passe très vite ici, c’est seulement la pluie qui reste ! Je profite de mon week-end (un vrai de vrai avec deux jours !) pour me rapprocher un peu de vous et en plus, ce matin il pleut, alors…

Je goûte enfin à la tranquillité. Nous somme trois à vivre dans la maison. On travail environ 6h par jour sur la ferme avec Erik et j’ai deux jours de week-end. Mes hôtes sont charmants et on se prend vraiment pas la tête. Temps qu’on fait notre part du travail collectif, chacun peut vivre comme il l’entend et il n’y a personne pour jeter un regard de travers. La vie quoi ! Mais c’est pas toujours si évident…

Cette semaine j’ai rencontré pas mal de monde. Pendant deux jours on a participé au « ramassage » de deux troupeaux expérimentaux de « wild sheep ». Depuis le début des années 70, le secteur de Lindås et les écosystèmes de son littoral attirent l’attention des biologistes norvégiens. L’île de Lygra accueil depuis 1989 le « Centre de la lande à bruyère » (www.lyngheisenteret.no en norvégien !) qui est à la fois un centre de recherche et un écomusée à dimension européenne, puisque cet habitat est caractéristique des milieux agricoles de l’Europe occidentale bordant l’océan atlantique. En partenariat avec les acteurs locaux, il tente de redonner vie à cet écosystème de lande et aux activités humaines ancestrales qui l’ont créé. Pour ce faire, le centre à restaurer le bâti (bâtiments agricoles, murs en pierre sèche), défriché les landes, créé des chemins et contractualisé avec les éleveurs locaux pour mettre en commun les troupeaux et réutiliser ces parcours. L’éco-musée a été créé pour accueillir le public (touristes, locaux, scolaires et étudiants) et vulgariser les recherches scientifiques (environnement, agronomie, histoire, sociologie…). Un gîte permet de séjourner sur cette portion de l’île distante de 10 km du premier commerce.

La zone couverte par le projet représente une superficie d’environ 170 ha, entre l’extrémité nord de l’île de Lygra et la totalité de l’île de Lurekalven distante d’une centaine de mètres de la première. La portion de Lygra (70 ha) est utilisée par un troupeau d’une trentaine d’ovins. Quant à l’île de Lurekalven (90 ha), qui n’a de bâtis que les vestiges d’une ferme Viking, elle est utilisée par un troupeau de 78 têtes.

L’idée des chercheurs est de démontrer l’intérêt de valoriser ces milieux de landes par une utilisation rentable. Je crois que c’est pas encore gagné… La race « wild sheep » est très bien adaptée à ce type d’utilisation. Malheureusement, rusticité et économie ne vont pas souvent de paire… mais des fois si ! Les troupeaux sont laissés en totale liberté et ne sont « ramassés » que deux à trois fois par an (la troisième fois ce n’est que pour récupérer des données). Les animaux ne sont bien entendu pas nourris, d’où l’intérêt de garder une mosaïque de milieux et notamment de la lande, pour l’apport de matière « verte » en hiver ! La lande est également anciennement utilisée comme fourrage pour les animaux rentrés en hiver (vaches et chevaux). La tourbe une fois séchée en grange était utilisée comme combustible et comme litière pour les animaux en stabulation. Quant au lien avec la mer, il est bien entendu très fort. Le hareng est pêché puis salé (c’est un comble !!), le surplus servant d’engrais pour le champs d’patates, tout comme le goémon. Paraît même que le hareng est une source de vitamine D en hiver qui permet d’éviter la déprime chère à cette période !

Bref, un vrai p’tit paradis pour prof de GEN en mal de nouvelles destinations… D’autant qu’un troupeau d’étudiant est toujours le bienvenu ici, en période de ramassage de moutons. Car il n’est pas question de bergers et de chiens ici… non non non. C’est pas assez authentique et c’est beaucoup plus marrant de ratisser pendant 4 ou 5 h dans les tourbière en formation serrée pour pousser le troupeau débusqué jusque dans l’entonnoir qui se termine par un parc de contention ! C’est ce à quoi j’ai participé cette semaine… Phoebus tu me manque !!!  En cette période de l’année, le but est uniquement scientifique. On pèse chaque individu et on prend un échantillon de crotte et un échantillon de sang pour analyse. Le poids sert à évaluer les gains ou perte et donc la rentabilité économique de l’affaire ; les crottes témoignent entre autre de la ressource alimentaire utilisée pour en arriver à ce poids ; et avec le sang, ils cherchent notamment à déterminer l’intérêt d’une espèce de saule (salix que j’me souvient plut du nom) qui serait à l’origine de l’apport d’un oligo-élément important pour nous, les bêtes : le Cobalt. Le Cobalt sert à produire de la vitamine B12. Cette vitamine (au moins en ce qui concerne nos chers moutons) est utilisée par une bactérie importante de leur estomac (enfin… d’un de leurs estomacs !). Sur l’île de Lygra, l’équipe d’entretien a éliminée tous ces saules lors du défrichage. Il en résulte une perte de poids de moitié par rapport aux individus présents sur l’autre île ! Bref, tout ça est bien intéressant pour qui est intéressé par tout ça… et, par chance, je le suis ! J’attend avec impatience les résultat d’une prochaine étude sur la valeur alimentaire de la Calune ! Mais bon, ils ont fait les prélèvements cette semaine et les résultats ne seront publiés que dans deux ans…

En attendant, je vais éviter de passer mon week-end sur Internet et je vais aller me goinfrer de p’tits sablés venus de France par colis non direct et avec beaucoup de détours, envoyés par mon pôpa et ma môman pour mon nanniversaire !!! Quant à José et Annie… Pleins de bisous à vous deux !

Gros bécaux !

Ça y est j’ai enfin pris le temps de compresser mes images… pas trop tôt !

Erik en plein conseil de guerre... m'en fou c'est en Norvégien La cible du jour On embarque pour l'île de Lurekalven... Moi j'ai pas mis de gilet c'est trop la honte ! Point départ du ratissage Notre seule bouée de sauvetage ! Pygargues à queue blanche... sisi ! Erik en embuscade. Alors tu t'les gèles ? C'est pas la place d'un botaniste ici !! A ce moment là (après 3 essais manqués), Tout est dans l'art de courir et de crier en gesticulant !! Pas si facile... Ouf, on y est. Y'a plus qu'à procéder aux prélevements. Du soleil ! Ouaih, j'ai même le temps de prendre 2 photos ! La ferme d'Erik et Annette (l'enrubané était là avant eux... et sera là surement après !) Depuis la ferme Une race de poule locale en voie d'extinction... jolie non ? La même race... mais pas en extinction de voix ! Erik et Annette C'est l'printemps ! La future cabanne à bâteau d'Ole (que j'ai déja évoqué) C'est en général dans ce genre d'endroit qu'ils construisent leur cabanne à bâteau... Le parking de Lygra







blunt |
Switzerland to Ouagadougou |
Je me souviens |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | bailleulalondres
| luluaucostarica
| Marina Baie des Anges